Biografie

Né de parents italiens et polonais à Casablanca, le metteur en scène Bruno Ravella étudie en France avant de s’installer à Londres en 1991. Il fait ses débuts en tant que metteur en scène assistant ou associé dans certains des plus grands opéras internationaux tels que le Metropolitan Opera de New York, l’Opéra de Chicago, l’Opéra de Houston, l’Opéra de Monte-Carlo et le Teatro Regio de Parme. En 2015, il est nominé au concours de mise en scène organisé par l’association « Independent Opera » au Royaume-Uni. La même année, il fait ses débuts au Festival d’opéra de Garsington au Royaume Uni avec Intermezzo (Strauss), puis y met en scène Falstaff en 2018. Il crée Werther à l’Opéra national de Lorraine et obtient avec cette production le Prix de la critique Claude Rostand ; puis y revient pour L’Heure Espagnole, Gianni Schicchi et La Belle Hélène. Il met en scène Rigoletto au Festival Opéra-Théâtre de Saint-Louis (États-Unis), La Bohème à Florence, Werther à Québec, Madame Butterfly, Macbeth, Agrippina, Falstaff et La Traviata au Iford Arts (Royaume-Uni), Giulio Cesare et La Traviata à Moutier (Suisse), Carmen au Riverside Opera (Royaume-Uni). Il collabore avec l’ensemble Les Arts Florissants pour La Descente d’Orphée aux Enfers et Vénus et Adonis (John Blow). Par ailleurs, il réalise des reprises de productions de metteurs en scène tels que Sir David McVicar, Robert Carsen, John Cox, John Copley et Nicolas Hytner pour le Royal Opera House, le Festival de Glyndebourne, le Grand Théâtre de Genève, l’Opéra de Valence et l’Opéra de Sydney. Cette saison, il reprend Werther à l’Opéra national de Montpellier et crée Le Chevalier à la rose au Festival d’opéra de Garsington en coproduction avec l’Opéra national d’Irlande et l’Opéra de Santa Fe. Il fait ses débuts à l’OnR.

Mise à jour mai 2021