Biografie

Né au Liban en 1967 dans le milieu du théâtre contemporain arabe, Zad Moultaka est compositeur et plasticien. Il débute le piano dès l'âge de cinq ans puis s'installe à Paris en 1984. Envisageant l'écriture comme un espace de questionnement, il abandonne, en 1993, sa carrière internationale d'interprète pour se consacrer à la composition. Formé à la rigueur de l'écriture musicale occidentale mais intrinsèquement lié à ses racines et aux musiques de tradition orale, il concilie le geste musical et le signe de l'écriture, dépassant les contingences de l'un et de l'autre. À mi-chemin entre Orient et Occident, sa musique intègre les données fondamentales de l'écriture contemporaine occidentale -- structures, tendances, familles et signes -- aux caractères spécifiques de la musique orientale -- monodie, hétérophonie, modalité, rythmes, vocalité - mémoire collective ancienne et modernité. Il écrit pour toutes les formations et les ensembles instrumentaux, avec un don avéré pour la voix, théâtre de ses multiples expérimentations sur le rapport à la langue, les timbres, l'énergie et les micro-intervalles. Parmi ses récentes compositions musicales : UM Souverain moteur de toute chose (Vitry sur Seine) ; Vocal Shadows (en collatéral avec la 58e Biennale d'art de Venise) ; Mon Ami Le Vent, (Sveriges Radios Symfoniorkester, Stockholm) ; deux créations d'opéras en Allemagne en 2019 dont Delirio, au Deutsche Oper Berlin et Drei Miese Fiese Kerle au Muziktheater im Revier Gelsenkirchen. En 2020 ont lieu les créations de l'opéra L'Orangeraie pour la Compagnie Lyrique de Création Chants Libres, Montréal et du Concerto pour kora et orchestre avec l'Orchestre philharmonique de Radio France.

Parallèlement, son activité de plasticien s'est développée et intensifiée à travers des expositions, installations notamment Montée des ombres (2016) pour la Nuit Blanche à Paris ; ŠamaŠ (2017) pour le pavillon du Liban à la Biennale d'art de Venise ; Murmures (2018) au Centre Pompidou-Metz ; Don't Fall (2019) au Dôme Oscar Niemeyer Tripoli-Liban ; Astre Fruitier et 'UM' (2020) à la Totah Gallery de New York.

Il a créé en 2004 l'ensemble Mezwej, relevant d'une démarche, d'un état d'esprit d'expérimentation de recherche et de création à travers un questionnement des différentes cultures musicales, de la tension spécifique et du frottement entre écriture et oralité. Un catalogue riche en œuvres singulières dont dernièrement Gilgamesh (2019) pour instruments orientaux, Arsenal de Metz.

En 2021, il fait ses débuts à l'Opéra national du Rhin avec une commande d'un grand opéra, Hémon sur un livret de Paul Audi, dont il signe également la mise en scène, la scénographie et les costumes.

Mise à jour mai 2020